Analyse : La conception des jeux doit devenir plus mature

L’Advertising Standards Authority (ASA) au Royaume-Uni a averti le site de jeu 32Red de Kindred Group après l’apparition de deux annonces pour un jeu dans les résultats d’une recherche Google.

Les publicités portaient sur le jeu de machines à sous produit par NetEnt, Jack and the Beanstalk (vous pouvez y jouer ici), que 32Red a décrit comme représentant « le héros du conte de fées » alors qu’il grimpe dans l’usine magique. Chaque annonce contenait des informations supplémentaires sur le jeu et offrait un bonus de 150% sur le premier dépôt.

Il semble évident qu’une recherche sur Jack et le Haricot Magique donnera un mélange de résultats liés à la fois au conte de fées et à ses associations modernes. 32Red doit répondre à des questions et Google lui-même pourrait avoir besoin d’expliquer comment ces annonces ont été diffusées dans un endroit accessible aux enfants. Mais le problème que l’ASA a avec les publicités et l’endroit où elles ont sont montrées n’est pas sous le microscope aujourd’hui, pas ici du moins.

C’est plutôt la nature et les connotations du jeu lui-même qui méritent un examen plus approfondi. Essentiellement, pourquoi un adulte adulte serait-il intéressé à revivre l’histoire de Jack et du géant sous la forme d’une machine à sous ?

Les concepteurs veulent que les joueurs aient un lien avec leurs jeux et c’est une stratégie intelligente. Mais au lieu de construire une catégorie de jeux qui développent une histoire ou une intrigue, les fournisseurs s’appuient souvent sur des succès avérés. Ils utilisent des contes de fées, des personnages et des thèmes reconnaissables pour construire ces liens.

C’est exactement ce que NetEnt a fait avec Jack and the Beanstalk, en offrant à ses clients la possibilité de jouer à un jeu basé sur une histoire de leur enfance. Bien que le nom apportera des connexions instantanées, les opérateurs peuvent bénéficier davantage de la construction de leur propre histoire. Il n’est pas nécessaire qu’il s’agisse d’un concept révolutionnaire, mais la création d’une nouvelle idée plutôt que l’adaptation d’une ancienne peut provoquer une réaction plus enthousiaste de la part des joueurs.

Pour voir d’autres exemples, l’une des dernières productions de Microgaming est Rabbit in the Hat, un jeu de machines à sous qui utilise des images de magiciens et de leurs tours. Book of Oz Lock N Spin est un autre produit du fournisseur ; c’est la suite du jeu précédent de Microgaming sur le thème du Magicien d’Oz, Book of Oz.

Un examen plus approfondi de l’expérience de l’utilisateur et du raisonnement qui sous-tend les choix visuels et sonores est clair. Des couleurs vives, des lumières clignotantes et des animations tourbillonnantes attirent l’attention du joueur d’un bout à l’autre de la pièce et attirent son attention. Il s’agit de faire rayonner l’énergie des jeux pour que les joueurs puissent rester captivés. Cela explique pourquoi un jeu de machines à sous peut ressembler à un jeu vidéo qui est intentionnellement conçu pour les enfants.

Chaque fois que l’on parle avec des fournisseurs de jeux de casino, de machines à sous en particulier, on est toujours impatient d’apprendre le processus derrière la conception d’un nouveau jeu. Quelle est la part de créativité ? Que se passe-t-il pendant le brainstorming ? Les jeux de marque et les jeux thématiques sont-ils une cible désignée par les cadres s de l’entreprise ?

Les réponses que l’on reçoit tournent normalement autour de l’étude de marché que les entreprises ont réalisée. Ils surveillent les parieurs dans les casinos, recueillent des données auprès des opérateurs et interrogent les joueurs lorsqu’ils le peuvent. C’est le point de départ des jeux qu’ils créent.

Il est bien sûr beaucoup plus facile d’étudier l’impact des jeux qui ont déjà été produits que de s’interroger sur de nouveaux jeux. Cela signifie que la recherche fournira toujours plus de données sur les types de jeux disponibles sur le marché. Que les commentaires soient positifs ou négatifs, les fournisseurs auront toujours plus d’information à transmettre au système et ainsi faire avancer le processus.

Il y aura toujours l’argument qui veut que les fournisseurs essaient de couvrir toutes les thématiques. Les fournisseurs diront qu’ils proposent ces jeux qui vont aussi bien sur les contes de fées mais aussi des produits basés sur des intrigues et des thèmes différents. Mais comme le montre la perception du public concernant les jeux au hasard au Royaume-Uni, une rhétorique négative peut être problématique pour l’industrie. Les développeurs devraient s’éloigner de ces jeux et laisser les contes de fées aux enfants.