La réalité fiscale des grandes banques françaises

Les banques françaises usent à foison des paradis fiscaux, que ce soit dans une démarche fiscale ou judiciaire, dans le but de payer moins d’impôts. C’est la conclusion que tire une enquête réalisée par trois ONG qui se sont intéressées de près au différents montages existants concernant les paradis fiscaux dont les banques profitent allègrement. Alors que les banques ne cessent de trouver des nouvelles sources de revenus, notamment concernant le secteur de la carte bleue, de la banque en ligne avec la possibilité d’ouvrir un compte bancaire en ligne ou encore pour tout ce qui relève de la fiscalité assurance vie et de l’assurance en ligne plus globalement, on constate que leurs bénéfices ne cessent d’augmenter grâce à cette stratégie. Aussi, dans cette dynamique positive, les banques cherchent à tout prix à payer le moins d’impôts possible en cherchant des leviers de défiscalisation.

Une pratique de plus en plus répandue

En effet, les grandes banques françaises réalisent en réalité plus du tiers de leurs bénéfices au sein des paradis fiscaux, ce qui représente donc une part importante de leurs activités. Et la tendance ne cesse de se renforcer, étant donné les chiffres qui ont été publiés par l’enquête des ONG qui révèle que les montants engagés dans ces juridictions ne cessent d’augmenter.

Les trois ONG en question sont Oxfam France, Secours Catholique Caritas France et CCFD Terre Solidaire qui ont rendu publique une enquête minutieuse sur le sujet concernant l’année 2014. Les destinations fiscales préférées des banques, selon l’enquête, seraient notamment les îles Caïmans et les Bermudes, même si de nombreuses destinations sont en réalité possibles pour les grandes banques françaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>